Aides à la décision

Publié le

Il importe de dépasser un point de vue binaire, selon lequel il y aurait d’un côté le « bon », de l’autre le « mauvais ». En réalité nous vivons tous ce que Platon appelait « la vie mélangée », dans laquelle bien et mal s’entremêlent. L’éthique n’est pas binaire, elle reconnaît des degrés, un meilleur possible. Une éthique de la gradualité est une éthique de la croissance. Elle accompagne la vie au jour le jour. Et nous ne vivons qu’un seul jour à la fois. Elle est aussi une éthique de la responsabilité : la réponse à un appel venu des besoins de l’autre, de ses souffrances, de ses manques. Un regard attentif peut pallier bien des blessures. Il peut transformer un obstacle en tremplin.

 

23 décembre 2015 : De l'engagement

3 juillet 2015 : Petite philosophie du miracle

13 février 2015 : Lire les Dialogues de Platon aujourd'hui

25 juin 2014 : Le sablier renversé

4 décembre 2013 : Précis de l'action

9 mai 2013 : 48 clés pour un management durable

30 novembre 2012 : Difficultés et enjeu d’une définition de l’éthique

30 novembre 2012 : Choisir

18 octobre 2012 : Quand les décideurs s'inspirent des moines

Je crois toujours que la vie n'est pas un problème à résoudre, c'est un risque à prendre, et en face de ce risque total, les seules compétences que je connaisse sont l'amour et la sainteté.

Bernanos

Rédigé par Nicolas Vinot Préfontaine